Ashaninka.fr

projets_ashaninka
En Amazonie péruvienne, le territoire forestier ancestral des amérindiens Ashaninka de la vallée du fleuve Ene est menacé de saccage par plusieurs projets industriels. Outre les perspectives d’exploitation de gaz et de pétrole qui ravageraient progressivement la biodiversité de cette vallée, la construction programmée d’un barrage hydroélectrique géant au lieu dit de Pakitzapengo engloutirait cent mille hectares de forêt primaire, devenant le plus grand barrage du Pérou et le cinquième d’Amérique latine.

La vallée du Rio Ene est accessible encore aujourd’hui uniquement par pirogue, environ dix mille Ashaninka au mode de vie largement traditionnel seraient chassés de leur terre par la construction de ce barrage, lequel n’est qu’un barrage parmi les dizaines dont la construction se prépare encore, discrètement mais sûrement, à travers toute l’Amazonie, planifiés depuis des décennies. Au total, ce sont plusieurs millions d’hectares de « biodiversité culturelle » qui peuvent encore être épargnés, il n’est pas trop tard.

Seuls habitants de leur vallée, les Ashaninka du Rio Ene forment 17 communautés et plus d’une trentaine d’annexes regroupées au sein de leur propre organisation autochtone, la CARE. Organisation unitaire des dix mille Ashaninka de la vallée du fleuve Ene, la CARE oppose à la construction du barrage son propre projet de préservation forestière et sollicite l’appui du programme Man and Biosphère de l’Uneso.

Ce serait la première fois qu’un peuple indigène forestier parviendrait à faire admettre son leadership naturel sur la conduite du projet de préservation écologique de son propre territoire ancestral.

Les forêts tropicales humides représentent le poumon climatique de notre planète, nous sommes donc tous concernés, où que nous vivions sur la Terre. Un élan de solidarité avec les Ashaninka s’impose, comme d’ailleurs avec les autres peuples indigènes, nombreux à affronter des menaces similaires.

La génération que nous souhaitons sensibiliser est celle qui arrive aux manettes, nous invitons à nous rejoindre les étudiants en géographie, géomatique, agronomie et ingénierie forestière tropicale, ethnoécologie, aménagement territorial et politiques du développement, pour soutenir le projet de préservation forestière des Ashaninka du Rio Ene. Il s’agit d’apporter à la CARE un soutien technique, juridique, scientifique et financier, pour l’aider à mettre en œuvre le projet de préservation écosystémique de la vallée du Rio Ene.

Notre soutien est également  médiatique, car aujourd’hui le combat que les Ashaninka engagent pour leur survie culturelle est largement inconnu du grand public, au Pérou comme en Europe et au Brésil, pays dont le puissant lobby hydroélectrique conçoit et finance notamment le projet de construction des barrages sur les fleuves Ene et Tembo, selon un accord conclu entre les états péruvien et brésilien lors d’une précédente législature.

Pour réaliser ce projet de solidarité nous recrutons et nous établissons des partenariats avec des associations étudiantes : Science-Po Environnement, REFEDD, L’Oekoumene… si vous animez une organisation étudiante n’hésitez pas à nous contacter.

Voir notre site de solidarité avec les Ashaninka