projets_savoirs_indigenes
 

S’il est capital de préserver les dernières forêts primaires de notre planète pour des raisons climatiques, leur préservation est cruciale également pour transmettre aux générations futures le trésor de biodiversité qu’elles abritent. Une biodiversité qui est également culturelle puisque la plupart des espèces végétales endémiques des 3 bassins forestiers tropicaux n’ont de noms en langage humain qu’en langues vernaculaires.

L’avenir des médecines humaines est en jeu dans les processus de déforestation et d’ethnocides culturels en cours, il suffit pour s’en convaincre de lire des auteurs comme Jean-Marie Pelt, Jean-Pierre Barou, Sylvie Crossman ou de se référer au site de la Société française d’ethnopharmacologie.

Savoirs indigènes est un groupe de réflexion et de réalisation que nous créons dans le but de penser et de mettre en œuvre des alternatives à la biopiraterie. Dans un premier temps il s’agit uniquement d’installer un dialogue interculturel entre des communautés indigènes et des citoyens du monde désireux de partager une partie de leurs savoirs dans le respect attentif de leurs droits et de leurs intérêts.